29 juin 2010

Une vie après la mort ?

L’ami Disparitus a retrouvé le blog d’Henri Cuq, décédé en début de mois. Il était député UMP et ancien Ministre des relations avec le parlement. Je ne vais pas m’étendre, je ne suis pas dans le blog politique…

La survie des blogs à leur taulier est un thème qui m’a toujours fasciné. A quel point nos écrits sont-ils immortels ? Si je défunte, ce soir, d’un abus de Perrier qui me ferait éclater la panse à cause d’un manque d’habitude, que deviendront mes blogs ? Personne n’a les clés de la boutique pour les fermer. Tout au plus, mon barman, Julien, pourra-t-il diffuser un communiqué laconique.

Quand et comment la maison Google, propriétaire de mon hébergeur, pourra-t-il décider de fermer la boutique. Pendant combien de temps, mes blogs resteront dans des agrégateurs divers ? Pendant combien de temps, Google, en tant que moteur de recherche, continuera-t-il à m’envoyer des visiteurs ?

Quand mes écrits seront-ils  perdus dans l’immensité d’Internet ?

15 commentaires:

  1. Il faudrait les imprimer pour les conserver.
    ou
    Il faudrait peut être aussi les conserver sur un site de blogs morts universels.
    ou
    Il faudrait un écran au dessus des tombes pour faire défiler les posts
    ou
    Il faudrait un testament numérique
    ou
    ....

    Restons vivants !, c'est le plus important, amigo

    RépondreSupprimer
  2. Bien sûr ! Mais je pense aussi au moment où j'arrêterai le blogage...

    RépondreSupprimer
  3. C'est une belle question, un beau sujet...

    J'ai tendance à penser qu'on reste toujours vivant tant qu'on reste dans le coeur de ceux qui nous ont aimé, mais c'est hors sujet...

    RépondreSupprimer
  4. commence par regarder si l'url de ton blog ramène des choses ici. Si tu y es, tes écrits seront en ligne un bout de temps.

    RépondreSupprimer
  5. FalconHill,

    Pas moi...

    Nefisa,

    Non, juste deux vieux billets.

    RépondreSupprimer
  6. C'est un scoop, je vais le poster..

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai pas dit que j'allais arrêter maintenant...

    RépondreSupprimer
  8. Je me suis déjà posé la question, que ce soit pour mes blogs, ou en trouvant un blog abandonné, comme çà, sans explication...
    Seule solution, transmettre login et mot de passe sur son testament !
    (et ne pas boire de Perrier, jamais, sous aucun prétexte, pour retarder l'échéance :))

    RépondreSupprimer
  9. En cas de mort brutale et non prévisible, je ne sais pas. Mais depuis un certain temps, je me dis qu'en cas de maladie incurable, j'écrirai un dernier billet, que je chargerai Catherine de poster juste après mon enterrement.

    Des mini-mini-Mémoires d'outre-tombe...

    RépondreSupprimer
  10. Priez Google mes frères, l'immortalité de votre âme le vaut bien !

    RépondreSupprimer
  11. Et est-ce que Google transmettra toutes mes informations privées à mes héritiers ? Merde, va falloir que je fasse un peu de ménage avant de claquer...

    RépondreSupprimer
  12. Je me faisais la même réflexion que mhd... et puis finalement non, : je crois que cela n'intéresserait aucun de mes proches. Si moi vivante mon mec ne s'intéresse pas à mon blog, pourquoi le ferait-il après ma mort, jusqu'à aller dénicher les rares billets qui le concernent ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !