02 février 2012

Facebook et Twitter responsables de la mort des bistros ?

Accoudé, j’écoutais vaguement mes potes qui parlaient des motifs de la désertification des bistros. De l’autre oreille et de la main qui ne tient pas mon verre, je lisais mes mails avec l’iPhone. Le sujet m’intéresse mais les débats sont infinis tant les gens perdent toute objectivité à un comptoir, même quand ils ne picolent pas, ce qui est le cas du vieux Joël, qui se contente de passer en coup de vent pour prendre un Perrier. Ce n’est pas ce qui a empêché cette andouille de s’en prendre à mon iPhone, subitement, en le pointant du doigt : « C’est de la faute à çà ! »

Piqué au vif, j’ai répondu : « Hé, vieux con, avec le temps que je passe dans les bistros et les demis que je bois, tu ne peux pas dire que mon iPhone m’empêche de sortir ! » « Non, mais c’est CA là, tous les trucs comme Twitter et Facebook, les gens ne sortent plus, ça a détruit le tissus social. »

Je lui ai donc répondu qu’il me cassait les burnes et que la baisse de la fréquentation était continue depuis cinquante ans ! C’est la société qui évolue, la télévision qui maintient les gens à la maison, … Il y a aussi des raisons économiques, une augmentation vertigineuse des prix, pas récemment. Les gens mettent ça sur le dos de l’Euro mais ça n’a strictement rien à voir, c’est bien antérieur ! Quand une heure de travail au SMIC ne permet de payer que trois consommations, le salarié (et le retraité !) ne s’attarde pas !

Pour l’Euro, vous pouvez vérifier. Un café à 6 francs en 2000 au comptoir est maintenant à 1€20… Tu parles d’une augmentation ! L’augmentation des prix a d’autres raisons, notamment la flambée du prix de la location des murs et celle des fonds de commerce, de même que l’augmentation du prix des céréales pour la bière mais aussi un phénomène que l’on peut renvoyer à la face des gens : ils ne boivent plus de rouge ordinaire, mais des rouges supérieur, au minimum « une petite Côtes-du-rhône » qui vaut beaucoup plus cher !

Les ivrognes disent toujours que c’est à cause des contrôles d’alcoolémie et de la loi antitabac, ça n’a rien à voir. Sans compter que ses machins sauvent des vies.

Mais depuis hier soir, Facebook et Twitter, dans la bouche du vieux Joël (qui n’a ni compte Facebook ni compte Twitter), sont devenus les grands fautifs !

Puis-je lui expliquer que quand je suis tout seul, au bistro, parce qu’il a arrêté de boire pour raisons de santé, quand je suis sur Twitter, c’est pour discuter avec des gens ?

Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui brouillent les gens ? Mais les aléas de la vraie vie...


9 commentaires:

  1. Tu m'étonnes quand tu dis que le café était à 6F en 2001 ... Je n'aurais pas pu le payer chaque jour ce prix là ... Au Martini, rue du Pas de la Mule, à 100 m de la place des Vosges,je pense qu'il était à 2F au bar ... Je vais demander ... mais il me semble qu'il est passé quasi direct à 1€ ...puis à 2€ ... ça fait 15 balles ... J'ai dû me pousser peu à peu un peu plus loin ....

    RépondreSupprimer
  2. Tu m'étonnes quand tu dis que le café était à 6F en 2001 ... Je n'aurais pas pu le payer chaque jour ce prix là ... Au Martini, rue du Pas de la Mule, à 100 m de la place des Vosges,je pense qu'il était à 2F au bar ... Je vais demander ... mais il me semble qu'il est passé quasi direct à 1€ ...puis à 2€ ... ça fait 15 balles ... J'ai dû me pousser peu à peu un peu plus loin ....

    RépondreSupprimer
  3. Je pense comme ladyappolline. En 2000, le café valait 4 francs à tout casser dans les endroits chers. Dans les bouges, ça n'allait guère au-delà de 2 francs.

    Sinon, pour twitter et facebook, je suis d'accord avec toi. Rien à voir. Ça serait même l'effet inverse: on se cause sur l'un ou l'autre et si on a des choses à se dire (ça arrive), on se voit dans un troquet.

    RépondreSupprimer
  4. Bem,

    Merci !

    Apo,

    Renseigne toi, mais je suis formel. A l'époque, je ne bloguais pas, mais je me rappelle très bien du prix de la bière. Avec les copasins, on allait parfois (très rarement) dans le seul bistro ouvert le dimanche soir, le demi étais à 10 francs et ça nous surprenait toujours parce qu'il était à 12 dans la plupart des bistros...

    Lo,

    Désolé, mais tu te trompes ! Le café était au minimum à 5 francs, mais était généralement à 6...

    Je ne veux pas jouer à l'ancien qui connait tout, mais ça fait 15 ans (et 4 mois) que je déjeune tous les matins à la Comète, il n'y a eu quasiment aucune augmentation de prix du café...

    RépondreSupprimer
  5. Ah ouais, il est bien ce billet...

    C'est amusant parce que moi c'est l'inverse. Facebook, Twitter et les blogs m'ont ramené au bistrot. En faisant ta connaissance à toi et d'autres déjà.
    Et aussi Facebook m'a permis de retrouvé des collègues d'enfance. Et on s'est retrouvé ben au bistrot de mon village d'enfance. Celui où le pastis était à 8 francs dans les années 90.

    J'ai plutôt l'impression inverse. Les réseaux sociaux contribuent à ce que les gens se retrouvent et se reparlent. Et au final, cela peut se faire autour d'un verre, d'une bouffe...

    RépondreSupprimer
  6. Je laisse de côté les histoires de prix parce qu'en fait, le budget n'est pas linéaire, un tas de machin se sont ajoutés, comme la connexion internet et la consommation GSM (voyons combien coûtait une heure de téléphone fixe en 2000 et comparons !) mais que l'inflation n'en tiens pas compte. A choisir les gens conservent Twitter et sacrifie la soirée au bistro !
    Mais sans les blogs, facebook et Twitter, qui connaitrait la Comète du Kremlin-Bicêtre ? :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !