12 septembre 2012

Bloguer est ingrat

A part sa propre satisfaction après avoir pondu un texte, le blogueur a très peu d’élément pour juger de la « pertinence » ou de la « qualité » d’un billet qu’il a fait. Dans un billet d'hier, je disais que je me foutais du nombre de visites sur mes blogs.

C'est la stricte vérité.

Par exemple, le soir, il m'arrive tomber sur un tweet crétin, d'en faire une copie d'écran et de la publier au comptoir avec un titre de type "le crétin du jour". Un tel billet va recevoir 4 ou 500 visites parce qu'il va amuser les gens dans twitter à une heure plus ou moins tardive. Par contre, un billet travaillé comme le précédent aura au maximum 120 lecteurs. Plus précisément 120 personnes vont cliquer pour ouvrir le billet mais, aussi bien, 100 vont sortir immédiatement, sans lire. Je ne peux pas le savoir. Mais comme je ne peux pas savoir non plus le nombre de gens qui lisent sans ouvrir le billet, je finis par m'en foutre réellement.

C’est une des composantes du blogage que le blogueur qui débute doit assimiler rapidement pour éviter toute désillusion.

De plus, mon activité principale dans les blogs tourne autour de la politique. L'audience fluctue énormément selon l'actualité. Dans tous les sens ! Par exemple, je parle ce matin de la nomination de Harlem Désir. C'est un sujet dont tout le monde se fout mais des tonnes de blogs en parlent. Objectivement, je ne vois pas pourquoi les gens cliqueraient chez moi. 

Au fil du temps, on se construit d'autres critères plus ou moins objectifs permettant de juger de l'évolution du blog, de la pertinence des billets pour le public mais, un jour, ils finissent tous par tomber. À un moment, je comptais le nombre de backtweets de mes billets mais, maintenant, des tas de copains ont pris des applications qui backtweetent automatiquement. Non seulement je ne sais pas si le billet leur ont plu mais je ne sais pas, non plus, s’ils l’ont lu…

Il n'y a donc rien de satisfaisant pour évaluer un blog qui de toute manière évolue mécaniquement et reçoit une grande partie de ses visiteurs de Google pour des sujets dont ils ne parlent pas. 

Il n'empêche qu’il y a des gros moments de frustration.

La plus belle illustration vient des billets bistros de mon blog bistro. Qu'il s'agisse d'anecdotes de comptoir ou "de fond", chaque lecteur assidu saura que ce sont ces billets qui me tiennent le plus au cœur. Ce qu'ils ne savent probablement pas, par contre, c'est que ce sont souvent les plus travaillés. 

Il y a évidemment des billets dont je n'ai que faire. Pour tout vous avouer, ce midi j'ai décidé d'aller manger dans un bistro et de rédiger ce billet du comptoir avec l'iPhone. Pour illustrer mes propos, je voulais citer un billet sans fond. Du coup, j'ai repensé à une anecdote d'hier soir et du même comptoir, je l'ai racontée

Il est à peu près évident que comme je parle de bite dans le titre et qu'il est vaguement rigolo, j'aurai entre deux à cinq fois de visites que pour mon récent billet où je parlais des copains de bistro qui avaient disparu de ma vie. 

Devinez lequel est travaillé, celui qui m'a fait sortir mes tripes, celui qui me tient à cœur. 

Bloguer est ingrat.

41 commentaires:

  1. C'est vrai que ce ne sont pas souvent les articles dont on est le plus satisfait qui sont populaires.

    L'essentiel, c'est déjà de les avoir écrits...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est bien l'essentiel ! C'est pour ça que je commence le billet en parlant de "sa propre satisfaction".

      Supprimer
    2. Uép, c'est vrai que ce n'est pas toujours suffisant, mais c'est comme çà...

      Supprimer
    3. Si, ça suffit (sauf si tu veux gagner de l'argent).

      Supprimer
    4. On peut avoir aussi un besoin de reconnaissance, qui reste souvent inassouvi.

      Supprimer
    5. Je ne sais pas. Pas moi, en tout cas, sauf peut-être certains billets. Mais comme je ne sais pas ce que cherchent les blogueurs (individuellement), j'essaie de commenter aussi souvent que possible.

      Supprimer
  2. ça me rappelle l'écriture... (et comme tu l'as dit bien, c'est souvent ce qui nous tient le plus à coeur, et donc qu'on considère comme plus intéressant).
    C'est vraiment trop injuste (caliméro)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si "intéressant" est le mot. Quand je fais un billet sur mon blog très perso, je n'ai pas la prétention d'intéresser systématiquement du monde. En outre, je suis très bien placé pour le savoir : je lis beaucoup de blogs, donc assez souvent en diagonale, notamment le lundi matin quand j'ai rien foutu du week-end.

      Par ailleurs, certains blogueurs mais très peu (comme Dorham et toi, voire moi) font parfois des billets assez "travaillés". Au moment où on le voit, on n'a pas la tête à la lecture. Il ne m'intéresse pas sur le moment. Mais il m'arrive souvent de repasser après pour le lire à tête reposée et il prend de l'intérêt...

      Supprimer
    2. Pour ça que j'ai précisé qu'"on" considère comme plus intéressant.

      Supprimer
    3. J'avais compris mais la nuance est délicate.

      Par exemple quand je fais un billet un peu technique, ici. Tiens ! Si je dis comment mettre un bouton Google+ dans un billet, JE considère effectivement que c'est intéressant pour mes lecteurs et je le fais par sympathie. Mais ça ne m'intéresse absolument pas "moi-même" à part si j'ai l'inspiration pour raconter des conneries.

      Supprimer
  3. Le billet qui m'a attiré le plus de visiteurs est celui qui m'a pris le moins de temps, un peu décevant mais je m'y suis fait.

    RépondreSupprimer
  4. même si je m'abstiens souvent d'intervenir (sur tes injonctions) , j'ouvre systématiquement tes blogs et je les lis de la première à la dernière ligne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben c'est gentil !

      Je ne te dis pas de ne pas intervenir mais de limiter les propos déplaisants (ce qui ne veut pas dire les propos contraires à mon avis), ne pratiquant pas ce loisir pour en prendre plein dans la gueule...

      Cela étant, merci !

      Supprimer
  5. Personnellement c'est politique. Et je lis tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes visites sont politiques ? Je ne comprends pas trop. Ici, tu es sur un blog qui parle essentiellement de technologie, de réseaux sociaux. Qu'est-ce que ça a de politique ?

      Supprimer
  6. Houla, je n'avais pas vu l'enseigne ! C'est dur de s'orienter, sur internet, sans indice ni boussole on se trompe facilement de gargote.

    RépondreSupprimer
  7. Moi je lis tout, à mon rythme. Je remonte le fil de mes tweets pour surveiller mon robot, histoire qu'il tweete pas de conneries comme ce matin où il avait pas compris que @MAJiCWoofy s'était transformé en Jedi.
    Après, question visites, c'est pareil que toi. Le cul et les vilains mots, c'est jackpot. Et ceux sur lesquels je passe du temps, c'est moyen.
    Comme dirait un célèbre philosophe cyborg, hasta la vista

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je survole tout mais il ne faut pas tout lire sinon on limite son panel de blogs.

      Supprimer
    2. "on limite son panel de blogs". Je comprends pas #blonde

      Supprimer
    3. Oups j'ai validé trop tôt. On tombe forcément sur des billets peu intéressants (parce qu'on n'est pas touché par le sujet). Les lire fait perdre du temps qui pourrait être consacré à la lecture d'autres blogs.

      Supprimer
    4. Ah oui d'accord. Nan mais oui, je survole ceux qui ne m'inspirent pas ou ne me touchent pas plus que ça. On est d'accord. Mais disons que j'en lis au moins une grosse dizaine en entier.

      Supprimer
    5. Ce n'est pas assez ! Je suis abonné à 3 ou 400 dont environ 80 dont je suis assez pote avec le taulier.

      Supprimer
    6. Euh... Je m'en doute bien hein! Je débute, ne l'oublie pas! Je m'abonne doucement mais sûrement (environ 4 ou 5 nouveaux venus chaque semaine...)

      Supprimer
  8. Moi je lis tout aussi, comme les autres lèche-fions, sauf quand ça parle de politique, de bistrots, de bières ou de nègres bourrés.

    RépondreSupprimer
  9. Perso, je préfère les sujets comme celui de "tes" disparus que ceux sur le cul... Mais je suppose qu'il en faut pour tous les goûts...

    Je suis assez d'accord avec toi. Le premier plaisir que j'ai sur certains de mes billets, c'est le plaisir d'écrire et de choisir les bons mots. Après si j'arrive à transmettre l'émotion, c'est du bonus... De toute façon, avec au maximum des dizaine de visites sur mon blog... je n'attends pas spécialement de reconnaissance :-)

    Au plaisr de lire tes billets qui te tiennent à coeur :-)

    RépondreSupprimer
  10. 39 commentaires, c'est une forme de mesure de la qualité d'un bilet. J'ai fait le même constat sur mon blogue : j'explique ça sur http://www.1blogue.net/comment-mesurer-son-influence c'est dur, mais l'avantage c'est qu'on le sait! c'est pas comme avec la presse papier!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les commentaires il y a essentiellement des discussions entre moi et mes copains (et c'est surtout pour ça que je blogue, merci à eux). Ce n'est pas un indice de satisfaction pour un billet puisque les commentaires n'ont parfois aucun rapport.

      Un blog comme le mien ne peut pas être comparé au tien, notamment le principal. Il est le satellite d'un blog politico familial populaire. Il plus proche de tes autres blogs : je vais sur ton annexe à propos de blogs parce que j'ai sympathisé avec toi en tant que taulier d'un gros blogs geeks (et évidemment parce qu'il m'intéresse).

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !